Aller au contenu principal

EPLEFPA Carmejane

STAV1 : découverte des aménagements sur la côte varoise

Semaine de découverte des aménagements de la côte varoise des élèves de STAV1 accompagnés de leur enseignant d'aménagement M. Commerçon et de leur professeur principal Mme Serres.

                             

 

Dès le lundi de rentrée des vacances de printemps, la classe est partie pour 3 jours en stage « Aménagement » dans le massif de l'Estérel. Au programme  la visite du village des tortues à Gonfaron, puis des visites plus techniques illustrant des thèmes du domaine de l'aménagement : aménagement paysager « naturaliste » au domaine du Rayol, accueil du public et préservation d'un site sensible (cordon dunaire et zones humides) aux étangs de Villepey à Fréjus, et gestion forestière en forêt domaniale de l'Estérel avec toutes les contraintes : fréquentation, incendies, gestion du mimosa classée espèce envahissante entre autres.

                             

La plateforme récemment créée pour l'observation de l'étang.

                                

 Parc du Rayol : protea d'Afrique du Sud.

                               

 

Massif de l'Esterel : visite commentée par l'ONF

 

 

 

Ovinpiades 2016 : un succès pour les élèves, une réussite pour l'établissement

Les Ovinpiades des Jeunes Bergers, compétition organisée par Interbev Ovins et l’ensemble de la filière ovine, ont pour objectif de promouvoir le métier d’éleveur ovin et de susciter de nouvelles vocations auprès des élèves des établissements agricoles.

                           

                                            Quizz en salle


Organisée sur la ferme expérimentale de l’EPL de Carmejane, la 12ème finale territoriale en PACA a réuni environ 40 élèves, âgés de 16 à 24 ans, issus de 6 établissements d’enseignement agricoles.

 

                             

                                                    Le podium

Parmi les douze élèves primés, neuf sont élèves au Lycée en Bac Pro Conduite et Gestion de l'Exploitation Agricole ou en BTSa Productions Animales. Les deux premiers distingués, Charlotte Briand (BTS) et Loïc Chabre (Bac Pro) iront à Paris défendre PACA.  Cette réussite est le fruit d'un savoir-faire et des efforts conjugués de Mme Marcellin, enseignante en zootechnie et de plusieurs salariés  de la ferme.

                                  

                                                       Le duo gagnant

 

 

Les candidats ont été sélectionnés par des jurys professionnels dans chacune des  7 épreuves, 6 pratiques et une plus théorique :

 

TRIER LES BREBIS AVEC UN LECTEUR ELECTRONIQUE. Trier les animaux est primordial pour bien gérer son troupeau et lui permettre d’exprimer tout son potentiel.
Les candidats auront donc pour mission d’isoler des brebis repérées parmi un lot de 15 brebis, en les faisant passer dans un couloir de contention pour lire les informations contenues dans leur boucle électronique, à l’aide d’un psion connecté avec un logiciel de gestion de troupeau.

 

APPRECIER LA SANTE D’UNE BREBIS. Santé publique, bien-être animal, productivité de l’élevage, sécurisation de la filière, sécurité pour l’environnement … les enjeux d’un troupeau en bonne santé sont cruciaux.
Les candidats devront donc contenir une brebis désignée par le jury parmi un lot de femelles et en apprécier l’état de santé dans un temps limité : prise de température, observation de la 3ème paupière, de la dentition, des pieds et de la mamelle.

 

LA MANIPULATION ET L’EVALUATION DE L’ETAT CORPOREL. Evaluer l’état corporel des brebis pour une meilleure productivité et connaître les risques professionnels (notamment les troubles musculo-squelettiques) d’une mauvaise maîtrise de la contention ou de la manipulation.
Après avoir évalué la note d’état corporel de 3 brebis, le candidat en saisi une, la fait marcher le long d’un parcours balisé et l’assoie dans une zone définie avant de la relâcher dans le parc d’attente. La précision et les techniques de notation et de manipulation sont évaluées en veillant à ne pas favoriser la force par rapport au savoir-faire.

 

EVALUER L’ETAT D’ENGRAISSEMENT DES AGNEAUX. Produire des agneaux adaptés aux besoins du marché doit être une des priorités de l’éleveur et est un facteur important du revenu.
Les candidats doivent donc être capables d’évaluer en un temps limité l’état d’engraissement et de finition de 3 agneaux.

 

PARER LES ONGLONS. Cette épreuve est l’occasion de sensibiliser les candidats à l’intérêt pour l’animal de conserver de bons aplombs et ainsi de prévenir l’apparition de certaines maladies telles que le piétin. Cette intervention est primordiale dans notre région de pastoralisme et de transhumance.
A l’aide d’une cage de retournement qui facilite la manipulation des animaux, les jeunes taillent les onglons d’une brebis. Rapidité, précision du geste, manipulation de l’animal et respect des consignes de sécurité sont évalués.

                                          

                                                        La pédicure


LE CHOIX D’UN BELIER QUALIFIE. Bien choisir la génétique de son troupeau c’est assurer une production raisonnée, qui s’inscrit dans un territoire, un environnement physique et un système de production.
Les candidats devront donc être capables d’identifier, parmi un lot de béliers, lequel sera le plus qualifié pour répondre à la problématique d’élevage qu’ils auront tiré au sort.

                                        

                                                      Hésitation


UN QUIZZ ET RECONNAISSANCE DES RACES. Le quizz destiné à valider les connaissances sur l’élevage ovin (filière, alimentation, reproduction, génétique, santé…) et une épreuve de reconnaissance de races parmi 10 sélectionnées.

 

 

 

Phytoépuration et pédagogie

Alors que la nouvelle station d’épuration de l’EPL est fraîchement terminée, les élèves de terminale GMNF ont reçu, en novembre dernier, la visite de Stephan Muller, maître d’œuvre des travaux pour le bureau d’études Naldeo.

En compagnie de M. Dougé et de M. Lazarin, M. Muller est venu présenter le fonctionnement de cette station alternative reposant sur le principe de la phytoépuration : ce sont les roseaux qui permettent l’épuration de l’eau.

Après une présentation en salle, M. Muller a tenu à faire visiter les installations à la classe. Il a notamment insisté sur la zone de rejet intermédiaire (ZRI), située entre la station de traitement des eaux usées et le milieu récepteur : la Bléone.

Dans le cadre de leur programme de biologie et d’aménagement, les élèves seront amenés à retravailler sur cette installation qui concilie de nombreux enjeux. D’ailleurs, un projet de végétalisation et de valorisation de la ZRI est actuellement mené, afin d’en faire un support pédagogique d’étude de la faune aquatique et de suivi de la végétation.

A suivre...

 

Végétalisation encore très limitée pour cette nouvelle station d'épuration qui fonctionne sur le principe du lagunage.

 

Ouverture d’un point d’observation du paysage

 

Au cours de l’automne, le lycée agricole de Carmejane s’est enrichi d’un point d’observation et de lecture du paysage. Avec l’accord de la municipalité du Chaffaut et de l’Office National des Forêts, M. Commerçon et M. Lazarin ont abattu quelques arbres et débroussaillé un promontoire qui domine la vallée de la Bléone, depuis les sommets qui la voient naître, jusqu’à Malijai.

Idéalement situé, à une vingtaine de minutes à pied du lycée, il permet aux élèves de toutes les filières de se prêter à l’étude et à la lecture des paysages, approfondissant ainsi le travail cartographique, le rôle de l’agriculture sur l’évolution des milieux, l’utilisation de l’espace par l’homme ou encore les étages de végétation.

A l’avenir, plusieurs chantiers pourront être menés pour aménager le sentier d’accès ou pour faire des travaux de stabilisation… les perspectives sont donc nombreuses pour ce site qui devrait bientôt constituer un support pédagogique privilégié transversal à l’ensemble des filières.

 

 

 

Les secondes pro GMNF en action

Les élèves rentrés en septembre dans la filière professionnelle commencent leurs activités sur le terrain à proximité de l'établissement. Entretien d'une jeune haie, aménagement et entretien des abords d'un chemin, mais aussi observation des ruches sont au programme de ce début d'année sous la responsabilité de M Caron.

Coupe des branches basses pour dégager un chemin d'accès aux parcelles

 

Observation des ruches et récolte du miel en tenue appropriée.

 La haie, plantée il y a deux ans, est désherbée manuellement après l'été.

Journée prévention des risques animée par la gendarmerie nationale

Les élèves des différentes secondes de l'établissement et les apprentis ont assisté à cinq ateliers conçus par la Gendarmerie pour les sensibiliser aux risques suivant :

- violences intrafamilales,

- les risques du net et des nouveaux moyens de communication

- les risques de la montagne,

- les risques de la route

- les addictions et les produits stupéfiants

Cette action a donné lieu à la visite de la Directrice des Services du Cabinet à la Préfecture des Alpes de Haute Provence, Madame Duval.

 

Travaux Pratiques : réouverture d'un sentier -Bac Pro GMNF1

Mardi 3 mai, la classe de GMNF1 s'est rendue à Vergons, sous le pic de Chamatte, pour un chantier de restauration et de réouverture de sentier. Dans le cadre du MAP "Montagne" et en partenariat avec l'Office National des Forêts, les élèves ont travaillé au débroussaillage et à la restauration d'un sentier envahi par les plantes pionnières et partiellement dégradé par l'érosion. Encadrés par M. Dougé et M. Lazarin, ils ont été évalués notamment sur leur capacité à respecter les consignes, à organiser leur chantier et à travailler en toute sécurité. Par endroit, des aménagements de stabilisation ont été créés afin de sécuriser le passage. Le franc soleil et la bonne humeur de chacun ont permis au groupe de passer une agréable journée... de travail !

Sortie des Bac Pro GMNF 1 : lutte anti-érosive

Mardi 26 avril, MAP Montagne

La classe de Bac Pro 1 GMNF s’est rendue sur le site de recherches et d’expérimentation de l’Irstea (Institut de Recherches en Sciences et Techniques pour l’Environnement et l’Agriculture), à Draix. Organisée par M. Dougé et M. Lazarin dans la cadre du MAP « Montagne », la visite devait permettre aux élèves de mieux appréhender les processus érosifs en montagne, et de mesurer les enjeux de la lutte contre les risques naturels liés à l’érosion. Dans ce paysage caractéristique de terres noires, les robines, les chercheurs souhaitent comprendre et modéliser les phénomènes érosifs, mais ils testent également le pouvoir de protection de la végétation via la plantation de boutures de saule pourpre.